SDRC chez l’enfant

Introduction

L’équipe Enfant-Do (ici) est une équipe adossée au Pôle Pédiatrique et est un membre actif du Comité de Lutte Contre la Douleur du CHU de Toulouse. Elle a pour mission d’améliorer la prise en charge de la douleur et de favoriser l’accompagnement d’enfants souffrants de maladie grave.

La douleur peut revêtir différentes formes (douleur aigüe, chronique, prévention de la douleur aigüe induite par les soins, migraines-céphalées, douleur du cancer). Son traitement passe, en général, par la mise en place de réseaux de soin complet.

Dans le cadre de son action de lutte contre la douleur, l’équipe Enfant-Do a réalisé un film qui aborde le Syndrome Régional Douloureux Complexe – SDRC chez l’enfant. L’objectif est d’offrir une explication aux enfants, une forme de soutien à la famille et aux différentes équipes soignantes.

Le Syndrome Douloureux Régional Complexe

Les symptômes signifiants de l’apparition d’un SDRC se concentrent essentiellement sur les articulations et peuvent être variés :

  • Fourmillements,
  • Brûlures ou douleurs intenses
  • Raideurs musculaires,
  • Peau sensible au touché, à l’effleurement provoquant une douleur
  • Dérèglement de la balance du système nerveux sympathique et parasympathique induisant une sudation, des changements de couleur de la peau et de température, des œdèmes…

Ces douleurs sont très persistantes alors qu’il n’existe aucune raison à ce signal, du moins en apparence. Ces douleurs sont donc d’origine centrale, neuropathique. On note aussi fréquemment des dérèglements de la balance nerveuse sympathique et parasympathique qui explique en partie, les symptômes constatés. Le diagnostic précoce de l’apparition de ces douleurs est important afin de les résorber au plus vite.

On s’aperçoit que l’origine de cette douleur est la plupart du temps anodine et peut faire suite à différents traumatismes comme des entorses ou des fractures. Il est difficile de bien cerner le point d’origine précis responsable de la mise en place « mal-adaptée » de cette douleur. Néanmoins, il est régulièrement admis que la mise en place d’immobilisation peut créer/encourager/intensifier le signal douloureux.

Le mouvement et l’accompagnement psychologique de l’enfant sont fondamentaux pour la guérison. Une hospitalisation peut parfois être bénéfique car l’enfant bénéficie d’un soutien adapté et de thérapeutes formés à ce type de prise en charge.

Présentation Enfant-Do

Le cercle vicieux douleur-immobilisation

Il est nécessaire de casser le cercle vicieux qui condamne l’enfant à l’immobilisation, au repli sur soi voire, dans les cas les plus prononcés, au rejet d’une partie de son corps. La rééducation consiste donc en la reprise très progressive de mouvements simples sans production de douleur. Progressivement, la motricité s’enrichit et l’enfant reproduit à nouveau un cercle vertueux où le mouvement participe à la réduction de la douleur et à son émancipation.

Cercle vicieux douleur-immobilisation

Conclusion

Le Dr Suc conclue sur l’importance d’une prise en charge pluridisciplinaire. De même, il est essentiel de garder une certaine réserve quant à l’administration de médicaments antalgiques forts et dérivés morphiniques qui ne semblent pas avoir d’effet avéré dans le SDRC de l’enfant.

 

 

1 Comment

  1. Pingback: La thérapie miroir dans les cas de SDRC - Thérapie Miroir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *