Le sommeil et le phénomène de plasticité cérébrale

Le sommeil est un élément essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. C’est pendant que nous dormons que nous récupérons physiquement et psychiquement. Il permet également de stimuler les défenses immunitaires (garde du corps de l’organisme), de régénérer les tissus, et il est aussi responsable de la croissance des enfants (sécrétion des hormones de croissance).

Récemment, une étude parue dans la prestigieuse revue Nature vient de montrer que, dans certaines phases du sommeil, le cerveau est capable d’apprendre. On parle de plasticité cérébrale. C’est la capacité du cerveau à remodeler ses connexions neuronales en fonction de l’environnement et des expériences vécues par l’individu.

Les différentes phases de sommeil

L’endormissement : stade de demi-sommeil, de somnolence.

Le stade lent léger (50%*) : durant cette phase, il est encore facile de se réveiller.

Le stade lent profond (20%) : durant cette phase, l’individu est totalement isolé du monde extérieur. Il est très difficile de le réveiller. C’est le moment où le corps récupère de la fatigue physique accumulée. C’est une phase très importante car l’organisme est au repos et récupère.

Le stade paradoxal (25%) : l’individu présente simultanément des signes de sommeil très profond et des signes d’éveil. C’est le stade du « rêve ».

*% : pourcentage de sommeil total

Cycle du sommeil

Deux mécanismes s’opposent durant la nuit

Afin de démontrer que le cerveau est capable d’apprendre durant le sommeil, 20 participants ont été exposés à des bruits répétés pendant qu’ils dormaient. Leur activité cérébrale a été analysée durant la nuit.

Les résultats montrent que les participants ont pu reconnaître les bruits entendus lors du sommeil paradoxal et lors du sommeil lent léger. En revanche, il a été constaté que le sommeil lent profond provoquait un « oubli » de ces bruits. En effet, les sons reconnus précédemment dans la phase lent léger étaient oubliés.

Le sommeil favorise la plasticité cérébrale

En conclusion, les résultats obtenus montrent que le cerveau est capable d’apprendre de nouvelles choses (dans le cas présent, de nouveaux sons) durant le sommeil, et à des stades différents. Selon les chercheurs, le stade lent profond permettrait d’éviter l’accumulation de souvenirs en les « oubliant » tandis que le stade lent léger et le stade paradoxal favoriseraient la plasticité cérébrale.

L’intérêt de dormir pour continuer d’apprendre

L’apprentissage est possible grâce à la plasticité cérébrale. La plasticité cérébrale est la capacité du cerveau à modifier sa structure et sa fonction au cours du temps et en réponse à l’environnement (aspect dynamique et adaptatif). Elle est à la base des processus de mémorisation et plus généralement des apprentissages, des processus de maturation cérébrale et du développement cognitif chez l’enfant.

Le sommeil est fondamental pour ces processus de développement et d’apprentissage. Son impact est majeur en milieu scolaire. En effet, la mémorisation de nouvelles connaissances est meilleure lorsqu’il y a une période de sommeil après la phase d’apprentissage. Par exemple, lorsqu’une personne apprend une langue étrangère, le temps passé en sommeil paradoxal (stade de la mémorisation) augmente. A l’inverse, si une personne est privée de sommeil paradoxal pendant son apprentissage, son efficacité diminue. De ce fait, dormir est essentiel pour que les choses nouvellement apprises soient récupérées, réorganisées et transférées dans la mémoire à long terme.

Dormir permet également de consolider de nouvelles habilités motrices. Par exemple, si une personne joue du piano, celle-ci sera plus habile après une bonne nuit de sommeil qu’après un temps équivalent passé à se relaxer.

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *